fbpx
Search
mercredi 20 mars 2019
  • :
  • :

Elections partielles à Bassam : Les avocats de Ezaley soutiennent qu’il « est une victime » et exigent la reprise du scrutin

Les avocats du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), en l’occurrence Me Suy Bi Emile, Maître N’dri Claver ont dénoncé ce qu’ils considèrent comme des malversations orchestrées contre Ezaley Philippe lors les élections partielles. Ils ont aussi exigé la reprise du scrutin électorale dans la ville de Grand-Bassam. C’est lors d’une conférence de presse tenue ce jeudi 27 décembre, au siège principal du PDCI que les avocats ont statué sur la question.

Lors de cette conférence de presse qui s’est déroulée devant les journalistes de la presse nationale et internationale, les avocats du PDCI-RDA ont démontré avec pour preuves les procès-verbaux de élections partielles du 16 décembre dernier que Ezaley Philippe, candidat du PDCI-RDA n’est pas l’auteur des violences orchestrées dans la cité balnéaire de Grand-Bassam, car selon eux, celui-ci était en tête des résultats pendant le dépouillement des urnes.

Selon les conférenciers, dans plus de vingt-trois centres de votes, les machines de votes d’électroniques étaient défaillantes. Ce problème selon eux a empêché les partisans d’Ezaley philippe de remplir convenablement leurs droits citoyens. Pour maître N’dri Claver, le candidat du PDCI « est une victime que l’on tente de faire passer pour l’ennemi des règles démocratiques ».

Les avocats du PDCI-RDA mettent à nu le complot contre Ezaley Phillipe / ©   DR

Les juristes ont précisé aussi que six mille cinq cent voix dénombrées dans quatorze bureaux de votes n’ont pas été prises en compte lors de la proclamation des résultats faite par la Commission Indépendante Électorale CEI. Ils ont évoqué plusieurs cas de violences perpétrés par des individus se réclamant du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), contre les partisans du candidat PDCI.

Maître Suy Bi et ses collègues ont cité en exemple le cas des centres de vote de Bassam 1 et 2 où des individus munis d’armes blanches ont semé la pagaille et la désolation sous les regards indifférents des forces de l’ordre.

Le communiqué des avocats a révélé également que plusieurs biens du candidat Ezaley Philippe ont été saccagés par les manifestants lors des affrontements qui se sont déroulés après la proclamation des résultats.

Au regard des arguments évoqués, les avocats ont indiqué que « monsieur Ezaley est un homme respectable, il n’est pas fraudeur, il n’a que la loi et les procédures légales pour boussole, c’est pour cette raison qu’il a formulé un recours à la chambre administrative de la cour suprême et se concentre sur ce qui est essentiel pour lui ».

Notons que pendant les élections partielles qui se sont déroulées dans cette localité, la Plateforme des organisations de la société civile pour l’Observation des Élections en Côte d’Ivoire (POECI), avait également évoqué des actes de vandalisme à travers un communiqué : « La POECI dénonce des actes de violence et des tensions en cours dans de nombreux lieux de vote et en dehors, dans les communes de Grand-Bassam et de Port-Bouët », indiquait le communiqué.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *