Search
lundi 26 février 2018
  • :
  • :

Escadron de la mort : Simone Gbagbo s’en lave les mains

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Le procès pour crime contre l’humanité de l’ex première dame s’est rouvert ce lundi 20 juin 2016. Toujours interrogée à la barre, Simone Gbagbo continue de clamer son innocence.

Les avocats de la partie civile essaient d’établir la responsabilité de l’ex première dans les événements de la crise post électorale où elle est citée en tant qu’acteur actif. À la question d’un des avocats sur « connaissance d’un document qui parle d’une cellule d’éradication de la peste », lequel document planifiait « une stratégie pour exterminer un groupe d’individus », la réponse de celle que l’on surnomme la dame de fer est claire : « je n’ai pas connaissance d’un tel document ».

Simone Gbagbo-regionale.info

                                                               Simone Gbagbo       Photo: DR

Le document en question est contesté par ses avocats, qui doutent d’ailleurs de son authenticité. À Mme Gbagbo d’aller jusqu’à accuser l’un des avocats de l’accusation d’en être « le rédacteur ». Concernant l’ escadron de la mort, Simone Gbagbo nie toutes implications.

Lire Aussi :  Simone Gbagbo, au sujet de la tuerie d’Abobo : « Je veux voir les corps »

« Je n’étais en contact avec aucun escadron de la mort. Je n’aime pas les armes. Je n’ai pas une âme de guerrière » s’est-elle défendue.

Pour elle donc dans les « combats » qu’elle a eu à mener, elle avait pour seule arme sa « bouche ».  « Je n’ai envoyé personne aller faire la guerre » , a-t-elle insisté.

Au cours de ce procès, elle s’est déjà exprimée sur plusieurs faits qui lui sont reprochés. Au nombre de ceux-ci, « la tuerie des femmes d’Abobo » où elle a remis en cause la véracité des faits.

« Ça peut exister, j’ai des doutes. Je veux voir les corps, je veux voir les certificats de morts, de blessés », a-t-elle indiqué à la cour.

A 66 ans, Simone Ehivet Gbagbo qui écope déjà d’une peine d’emprisonnement de 20 ans pour atteinte à la sûreté de l’État, est jugée depuis le 31 mai pour « crimes contre l’humanité » commis lors de la crise post électorale de 2010-2011.



Web redacteur ; Journaliste Radio


One thought on “Escadron de la mort : Simone Gbagbo s’en lave les mains

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *