Événements de Yamoussoukro et Bouna/ Hamed Bakayoko : « Les responsables ont été identifiés et ils seront arrêtés »

Face aux événements de Yamoussoukro et de Doropo où des gendarmes ont été pris à partie par la population, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité est monté une fois de plus au créneau, ce mercredi 23 novembre 2016, pour dénoncer ce qu’il qualifie de « manque à l’autorité ». Mieux, Hamed Bakayoko a tapé du poing sur la table et a fait une sévère mise en garde.

« Nous n’accepterons jamais qu’il y ait un manque à l’autorité. Parce que si l’autorité fout le camp, tout fout le camp » a martelé Hamed Bakayoko. Pour le ministre, qui s’exprimait au cours de la cérémonie de remise du Prix de l’excellence aux meilleurs préfets, policiers et maires, la sécurité des forces de l’ordre fera l’objet de mesures particulières chaque fois qu’elle sera en branle. « Il est inacceptable, nous n’allons pas le tolérer et nous allons à chaque fois prendre des mesures pour que nos hommes soient en sécurité, soient protégés », surtout que, poursuit-il, l’État a consenti des efforts en vue d’instaurer la confiance en population et les forces de défense et de sécurité. À lui de dénoncer le fait de se faire justice lorsqu’il y’a manquement d’un agent des forces de l’ordre.

À propos des événements qui ont coûté la vie à certains éléments, M. Bakayoko fait état de la tolérance zéro à l’endroit des responsables.

« Les responsables ont été identifiés et ils seront arrêtés (…) il n’est plus possible de laisser un groupe de personnes penser qu’il y a un laisser-aller », a-t-il prévenu.

C’est le 16 novembre dernier, à Doropo (Nord Est de Bouna), qu’ont eu lieu des affrontements entre populations et gendarmes qui ont fait 4 morts, dont 2 gendarmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *