Search
samedi 20 octobre 2018
  • :
  • :

Franc CFA : Les nouveaux enjeux face à la croissance économique dans les zones Uemoa

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Les pays de l’Union Economique Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) sont engagés dans une phase de dynamisation et de modernisation de leur économie. Ceci grâce à un contexte de mondialisation très évolutif. Ainsi, les différents marchés financiers, qui sont des instruments de développement des entreprises, imposent aux États des obligations morales, des contraintes financières et technologiques.

Le Franc CFA face à l'Euro

                                                                Le Franc CFA et à l’Euro

La monnaie a pour but d’être au service de la croissance et du développement des pays. Face aux enjeux de développement de certains pays ouest-africains, quels sont les enjeux du Franc CFA ? Le franc CFA est-il un frein ou un accélérateur de ces enjeux ?

La politique monétaire est-elle susceptible de modifier l’évolution à long terme d’une économie ? 

La Zone Franc est née officiellement en 1948 entre la France, ses colonies et ses protectorats. Ainsi, cette zone Franc est passée d’une phase d’intégration monétaire à une coopération monétaire entre la France et 14 pays africains. Ces pays sont donc regroupés dans deux unions monétaires à savoir l’Union Economique Ouest-Africaine (UEMOA) et la Communauté Economique et Monétaire des Etats de Afrique Centrale (CEMAC), ayant chacune une banque centrale. On se rappelle que les Pays africains de la Zone Franc (PAZF) avaient connu durant les premières décennies des indépendances, une plus grande stabilité de change. Ce qui a favorisé de meilleures performances économiques en matière de commerce extérieur et de croissance.

Les Pays utilisant le Franc CFA

                                                                  Les Pays utilisant le Franc CFA

La dévaluation du Franc CFA de janvier 1994 avait permis des progrès économiques dans un contexte international favorable. Les effets macro-économiques et financiers de la dévaluation ont été globalement conformes aux attentes des pays de la Zone Franc CFA. Néanmoins, des questions structurelles liées aux taux très faibles d’investissement et de compétitivité insuffisante à ce jour continuent de se poser. En outre, la dévaluation et l’ajustement du Franc CFA ont créé des opportunités afin de rendre les économies plus flexibles et plus compétitives. Force est de constater que les pays de la Zone Franc CFA demeurent spécialisés dans les « commodités » (marché des matières premières). La faiblesse de l’élasticité des revenus, ainsi que l’instabilité des cours, rendent les marchés très limités.

 Quels sont les nouveaux enjeux du Franc CFA face à la nouvelle croissance économique au sein des pays de La Zone Franc ?

Certains économistes africains avaient relancé le débat sur le Franc CFA, comme étant un frein lié aux pays africains qui l’utilisent. En effet, selon eux , d’une part, le Franc CFA a une parité fixe avec la monnaie européenne (Euro), et d’autres parts,  les pays de la Zone Franc ont l’obligation  de déposer 50 % de leurs réserves de change auprès du Trésor public français. Le dépôt de ces fonds est estimé à environ 14 milliards d’euros en 2015. Par ailleurs, le sommet du 2 octobre 2015, à Paris dont le thème principal était la révision des accords des 14 membres de la Zone Franc à l’euro et à la France, a accouché d’une « souris ». Pourtant, à Dakar en 2012, l’on se souvient que François Hollande, le président de la République Française était revenu sur la question d’une gestion relative au Franc CFA par les Africains eux-mêmes. Pour lui, cette gestion devrait permettre une plus grande attractivité des réserves de monnaies afin de mieux favoriser la croissance des économies africaines qui l’utilisent ainsi que la création des emplois.  

Les nouveaux enjeux du Franc CFA sont relatifs à son arrimage 

Les leviers qui déterminent le franc CFA ne sont pas en Afrique. Ainsi, pour certains économistes, le problème serait fondamentalement politique.  La monnaie est un attribut de souveraineté. Il faut noter que la lutte contre le franc CFA qui était le fait de chercheurs, militants, etc… s’est élargie aux politiques. Pour l’Afrique de l’Ouest, une étape majeure de cette lutte pourrait être le projet de monnaie unique au niveau de la CEDEAO (15 pays, 300 millions d’habitants) dont l’échéance est fixée à 2020. Demba Moussa Dembélé, économiste, président de l’Africaine de Recherche et de Coopération pour l’Appui au Développement Endogène (ARCADE), a affirmé lors du colloque organisé par les fondations Gabriel Péri et Rosa Luxemburg (Allemagne) le 17 septembre 2015, que le franc CFA est un instrument qui allait contre le développement des pays africains.  Il a également souligné  le fait que la dévaluation de 1994, décidée à Paris avec le soutien du FMI, avant que les Etats africains n’en soient informés par le ministre de la Coopération, en avait déjà été l’illustration. Demba Moussa a préconisé des séries de mesures censées préparer les instruments d’une Banque centrale ouest-africaine. Cette monnaie unique à l’échéance 2020 aurait de nombreux avantages : elle sonnera le glas de la zone franc et mettra fin à toutes les tutelles monétaires ; elle sera un facteur d’accélération de l’intégration en Afrique de l’Ouest, un exemple pour les autres sous-régions africaines et pour le continent lui-même. Le Franc Cfa donnera de la crédibilité au projet de l’Union africaine d’un fond monétaire africain basé au Cameroun et d’une banque centrale africaine. Pour lui, ce projet de monnaie unique est capital dans la lutte pour la souveraineté.

 LIRE AUSSI : La CEMAC et l’UEMOA décident de l’interchangeabilité du Franc CFA

Pour fixer le cap vers une économie émergente dans les années à venir, il serait opportun d’analyser la capacité de financement de la Banque centrale d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et la Banque des états de l’Afrique centrale (BEAC) en ce qui concerne la croissance économique et procéder à une évaluation de leur gestion monétaire. L’autre enjeu serait de modifier le régime de change pour atteindre un régime plus flexible. L’objectif serait d’arriver à un arrimage du CFA à un levier de devises. Un grand débat sur la gestion monétaire des deux banques centrales de la Zone Franc CFA, pourrait permettre de mieux situer les enjeux du CFA.




2 thoughts on “Franc CFA : Les nouveaux enjeux face à la croissance économique dans les zones Uemoa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *