fbpx

Fesci, en route pour la Présidence ?

Samedi 06

Le premier secrétaire général de la Fesci, Dr Ahipeaud Martial estime que des ex-dirigeants de la Fesci (fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire) et ceux à venir sont « à même de présider aux destinées de la Côte d’Ivoire ».

Dans un entretien à Politikafrique.info, Dr Martial Ahipeaud soutient que « mes camarades et moi sommes aujourd’hui à des postes de responsabilité au niveau de l’Etat ainsi que dans le privé. Certains, sont dans des partis politiques de tous bords où ils font un travail apprécié. Nous avons donc gagné en maturité politique et sociale » explique-t-il.

« Nous sommes donc capables » précise Dr Ahipeaud, président en exercice de la Coalition nationale pour le changement (CNC, pro-Gbagbo).

Il soutient que ses propos visent à éveiller la capacité qui sommeille en ses camarades et lui pour franchir le cap vers la Présidence de la République. Tout un programme.

Martial-Ahipaud-Regionale.info

                                 Dr Ahipeaud Martial, premier secrétaire général de la Fesci / CREDIT : DR

D’ordinaire réservé, il donne une vue sur l’objectif futur des animateurs du mouvement estudiantin.

« Ce ne serait pas mauvais que cette génération assume son histoire et conduise le peuple de Côte d’Ivoire à la véritable démocratie » assure-t-il.

« On est véritablement dans un passage de témoin générationnel. Il y a eu la génération des pères fondateurs, avec le président Houphouët, puis l’étape de ceux qui ont contesté les pères fondateurs avec Laurent Gbagbo, Bédié, Ouattara et autres » indique-t-il d’entrée de jeu.

Poursuivant, Dr Ahipeaud estime que « nous sortons de cette génération et ceux qui ont eu une histoire particulière avec le peuple de Côte d’Ivoire devraient être reconduits sur la scène. A propos, la Fesci a été une véritable école de formation d’une certaine élite présente à tous les niveaux aujourd’hui » reconnaît-il avec un brin de fierté.

Souvent vilipendé pour ses méthodes, le syndicat estudiantin, résiste. « La Fesci n’est pas un mouvement violent. Ce sont des mensonges. Ce sont les médias qui imaginent ces choses pour diaboliser le mouvement. Nous, nous luttons pour que les étudiants aient des conditions meilleures pour les études. Ce sont des allégations mensongères », rejette Fulgence Assi, l’actuel secrétaire général du syndicat.

Dès sa nomination en janvier 2016, la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique, Bakayoko Ly Ramata, avait souhaité l’arrêt de toute activité syndicale sur les campus de Côte d’Ivoire. Force est de constater qu’elle a raté son coup.

Adam’s Régis SOUAGA

Article publié en collaboration avec POLITIKAFRIQUE 

Advertise – Regionale.info



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *