GABON : Ali Bongo « Je ne veux pas que la vie de nos compatriotes devienne un argument politique […] »

Le 13 septembre dernier, le président Ali Bongo s’est adressé aux gabonais afin de les « informer de l’état d’avancement du processus électoral, concernant l’élection présidentielle du 27 aout 2016 ». Dans une brève allocution d’environ 5 minutes et 30 secondes, il revient entre autres sur les responsabilités de chaque partie dans la crise post-électorale qui prévaut dans ce pays, et prône le respect de la démocratie.

Après la proclamation des résultats des élections présidentielles du 27 août dernier, la Gabon a fait face à une crise sans précédent. Déclaré deuxième par la Commission nationale électorale, le candidat Jean Ping a tout de suite réfuté ces résultats et demandé le recomptage des voix. Des violences s’en sont suivies occasionnant des pertes en vies humaine et de nombreux dégâts matériels. Le Président Ali Bongo, dans son allocution a appelé à l’extrême vigilance car selon lui :  

« […] On a crié au putsch, et on a attaqué l’assemblée nationale, on a crié à la liberté d’expression et on a attaqué la télévision nationale et des télévision privées. On a saccagé une quotidienne et incendié une imprimerie. On a parlé de peuple en colère et on a retrouvé dans la rue des éléments armés infiltrés et téléguidés, pour tirer sur nos forces, et dont le but ultime était de semer le chaos », a-t-il Ali Bongo. 

Lire aussi : GABON : Jean Ping « On me reproche d’avoir utilisé un ivoirien pour m’aider à connaitre les résultats réels [ ] »

Il faut rappeler que l’opposant Jean Ping a déposé un recours, le 8 septembre dernier, devant la cour constitutionnelle du Gabon, pour contester les résultats proclamés par la Commission Nationale électorale (Ceni). Le président Ali Bongo affirme pour sa part avoir lui aussi déposé des « éléments démontrant la violation du code électorale ». Il reviendra donc à cette cour de tout clarifier, conformément à la loi.

Ci-dessous la vidéo intégrale 

Une pensée sur “GABON : Ali Bongo « Je ne veux pas que la vie de nos compatriotes devienne un argument politique […] »”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *