Search
samedi 24 février 2018
  • :
  • :

Gwladys Sakoa, seule escrimeuse ivoirienne aux J.O Rio 2016 : « j’ai lancé une aide sur les réseaux sociaux…car rien ne m’est parvenu »

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Gwladys Sakoa, escrimeuse ivoirienne de 23 ans, est la seule représentante ivoirienne dans cette discipline aux Jeux Olympiques de Rio 2016. A quatre semaines de cette compétition, Gwladys rencontre d’énormes difficultés qu’elle a accepté de les livrer à la Regionale.info, dans cette interview.

Gwladys Sakoa crie son ras-le-bol_Regionale.info

                                              Gwladys Sakoa crie son ras-le-bol (-image:FIE)

Regionale.info : Bonjour Gwladys. Vous avez débuté l’escrime à 8 ans en France, mais vous avez décidé de représenter votre pays, la Côte d’Ivoire, aux différentes compétitions internationales aux dépens de la France. Pourquoi ce choix ?

Gwladys Sakoa : J’ai fait ce choix avec mon entraineur car, selon lui, j’ai plus de chance au niveau africain de gagner assez de points pour le classement mondial ainsi les qualifications aux J.O, vu qu’il n’y a pas assez d’athlètes de cette discipline en Afrique.

R.I : Ça fait déjà trois ans que vous représentez la Côte d’Ivoire, et on se demande combien de médailles vous avez décroché.

G.S : Je suis à ma première médaille (argent) que j’ai obtenu en Algérie, lors des Championnats d’Afrique des Nations d’Escrime qui se sont tenus du 14 au 19 avril 2016. Et cette médaille me permet de détenir le titre de vice-championne d’Afrique.

Gwladys occupe occupe actuellement le fauteuil de vice-championne d'Afrique_Regionale.info

Gwladys occupe occupe actuellement le fauteuil de vice-championne d’Afrique (image:FIE)

R.I : Vous êtes qualifiée pour les J.O 2016 et vous êtes la seule ivoirienne à l’escrime. Qu’est-ce qu’on ressent quand on sait qu’on est seul à représenter son pays dans une discipline ?

G.S : C’est une fierté et un honneur pour moi. Surtout quand vous avez tout un peuple qui vous soutient, vous ne pouvez que donner le meilleur de vous.

R.I : Pas stressée?

G.S : Je suis un peu stressée dans la mesure où je suis à mes premiers Jeux Olympiques. Mais, pour que je sois à mon top niveau, il faudrait que je sois sereine et détendue afin de faire mon escrime comme d’habitude.

R.I : Comme tout athlète qui participe à des compétitions, vous suivez normalement une préparation physique ! Alors, comment se passe la vôtre?

G.S : Effectivement, je suis une préparation et j’ai même déjà participé à un premier stage qui a eu lieu à Amposta (Espagne), suivi d’un deuxième stage à Genève auquel je n’ai pas participé à défaut de moyens. Mais depuis le lundi 4 juillet, j’ai commencé le troisième stage qui se déroule actuellement à Saint Maur (France) avec d’autres escrimeuses qualifiées pour les JO. Tout se passe bien, je retrouve mes sensations et je suis en pleine forme. J’ai vraiment hâte du jour J.

R.I : Le 21 avril dernier, le ministère des sports a déboursé 240 millions de francs CFA pour la préparation des athlètes ivoiriens qualifiés pour les J.O. Et lors de la répartition, votre fédération n’en a pas eu droit. Pourquoi ?

G.S : Tout simplement parce que la fédération était en attente de la décision de ma qualification aux J.O qui ne nous est parvenue que le 8 juin.

R.I : Nous avons vu votre cri de cœur sur les réseaux sociaux par rapport à vos équipements. Qu’en est-il exactement?

G.S : Oui, en effet j’ai lancé une aide sur les réseaux sociaux, car depuis que j’attends l’aide du ministère des Sports, rien ne m’est parvenu alors que les jours passent et les J.O arrivent à grand pas. J’espère que par ce moyen, je pourrai financer mes équipements afin de pouvoir être à cette compétition dans de bonnes conditions.

je suis une préparation avec d'autres escrimeuses qualifiées pour les J.O... grâce à la bourse Olympique et mes propres moyens_Regionale.info

Je suis une préparation avec d’autres escrimeuses qualifiées pour les J.O… grâce à la bourse Olympique et mes propres moyens

R.I : Et les équipements en question sont composés de quoi et le tout est estimé à combien en Frs CFA?

G.S : Ils sont composés d’une nouvelle tenue complète qui comprends (Veste, pantalon, sous-cuirasse, masque, épée et un gant), tout un équipement neuf car le règlement des J.O est très strict, et je ne me vois pas y participer avec un matériel qui ne fonctionne pas. Cela fait un total de 1.714 euro, soit 1.124.310 francs cfa.

R.I : Que dit votre fédération à ce sujet?

G.S : Je me suis directement adressée au ministère des Sports car c’est lui qui doit décaisser les fonds.

R.I : Et jusque-là, le ministère ne vous a fait aucun retour?

G.S : On me dit que mon dossier est en cours, que l’administration est un peu longue et de rester patiente.

R.I : Et pendant ce temps, nous sommes à 4 semaines des J.O !

G.S : Exactement ! Et ils ne voient pas que le temps passent … Je mets tout entre les mains de Dieu.

R.I : Qui se charge du paiement de vos stages de préparation actuellement ?

G.S : Normalement, c’est le ministère qui doit prendre en charge ma préparation Olympique et se charger de financer mes équipements, mais pour mon premier stage, c’est grâce à ma bourse du Comité Olympique que j’ai pu le financer. Comme je l’ai dit un peu plus haut, je n’ai pas pu faire le deuxième stage faute de moyens, et le troisième auquel je prends part en ce moment, c’est moi-même qui le finance.

R.I : Ce n’est pas notre souhait, mais s’il arrivait que vous ratiez ces J.O, continuerez-vous à représenter la Côte d’Ivoire à d’autres compétitions ?

G.S : Oui bien sûr, je veux que l’escrime soit connue au pays. Aujourd’hui, je suis 41e mondial et 2e africaine ; donc je voudrais que mon parcours donne envie à d’autres jeunes de pratiquer ce sport. Le pays doit nous soutenir de sorte à ce que nous participions à une saison complète pour gagner l’expérience au niveau international, car c’est la bas que les meilleurs se rencontrent.

Il y a un niveau correct pour le groupe que je connais_Regionale.info

Il y a un niveau correct pour le groupe que je connais

R.I : Nous sommes déjà à la fin de notre interview. Quel regard portez-vous sur l’escrime ivoirienne?

G.S : Il y a un niveau correct pour le groupe que je connais, mais ils ont besoin d’expérience car, par manque d’expérience au niveau international, ils se retrouvent complètement battus face à ceux qui côtoient la scène internationale. Je pense que si l’escrime est soutenue par nos dirigeants, les athlètes ivoiriens auront plus de facilité à combattre avec les gros poids de cette discipline et bien entendu, auront de l’expérience qui fera d’eux, un jour, des champions.

  • Aux dernières nouvelles, le cri de cœur de Gwladys sur les réseaux sociaux lui a rapporté la somme de 3.000 euros.



Journaliste-Blogueuse sportive


7 thoughts on “Gwladys Sakoa, seule escrimeuse ivoirienne aux J.O Rio 2016 : « j’ai lancé une aide sur les réseaux sociaux…car rien ne m’est parvenu »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *