Search
samedi 24 février 2018
  • :
  • :

Human Rights Watch dénonce le manque de justice pour les victimes de la crise post électorale

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Cinq ans après la crise post électorale, les victimes de crimes graves sont toujours dans l’attentent d’une justice. C’est bien ce qui ressort du rapport Human Rights Watch (HRW) rendu public ce mardi 22 mars.

C’est un rapport de 62 pages intitulé « la justice rétablit l’équilibre : vers une lutte crédible contre l’impunité pour les crimes graves commis en Côte d’Ivoire ». L’organisation Non Gouvernemental déplore le fait que la Côte d’Ivoire « n’ait pas encore rendu la justice pour les victimes de crimes graves commis par les deux camps lors de la crise postélectorale qui a ravagé le pays en 2010-2011 ».

 Les victimes des crimes haineux perpétrés durant la crise postélectorale souffrent en silence depuis cinq longues années a souligné Param-Preet Singh, juriste de HRW.

L’organisation s’inquiète par ailleurs du risque d’une justice partiale, car dit elle « la justice ne sera rendue aux victimes que si les criminels sont jugés lors de procès indépendants, impartiaux et équitables » . À elle donc d’inviter le gouvernement ivoirien à « renforcer le système judiciaire du pays afin qu’il puisse rendre une justice attendue depuis trop longtemps».

Depuis la fin de la crise post électorale, des voix s’élèvent de plus en plus pour dénoncer  «une justice des vainqueurs », les proches de l’ex-président Laurent Gbagbo, dont le procès s’est ouvert fin janvier à la Cour Pénale Internationale, étant les seuls à être visés par la justice.



Web redacteur ; Journaliste Radio


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *