Search
samedi 24 février 2018
  • :
  • :

Journée mondiale de la liberté de la presse : Affoussiata Bamba Lamine, «la liberté de la presse en Côte d’Ivoire est une réalité»

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Tous les 3 mars, le monde célèbre la journée mondiale de la presse. En Côte d’Ivoire, c’est le stade de la Radio Télévision Ivoirienne qui a abrité les festivités marquant cette 23e édition.

Journée mondiale de la liberté de la presse - Regionale.info

Journée mondiale de la liberté de la presse – Regionale.info

C’est par une marche que les journalistes de Côte d’Ivoire ont tenu à marquer la journée du 03 mars. Marche, qui a débouché sur une cérémonie officielle à la RTI, en présence de la ministre de tutelle, Affousiata Bamba Lamine. Ce fut l’occasion pour les professionnels des médias de faire le bilan de la situation de la liberté de la presse en Côte d’Ivoire. Il ressort, aux dires de M. Guillaume gbato, que des avancées notables ont été enregistrées par notre pays, notamment au niveau du traitement des journalistes. Il cite par exemple l’effectivité de la « convention collective » rendue possible grâce à l’implication de la ministre de tutelle. Cependant, le représentant des professionnels des médias, s’inquiète du statu quo de la Côte d’Ivoire qu’en à son classement des pays où règnent la liberté de la presse et touche du doigt des cas qu’il considère à même de « remettre en cause les acquis de ses 10 dernières années ».

 Si nous pouvons nous réjouir des avancées, force est de reconnaître que notre pays à encore du chemin à faire pour avoir une presse libre, indépendante et autonome »fait remarquer M. Gbato

qui illustre ses propos par plusieurs cas d’arrestation de journalistes comme celle du « directeur de publication du quotidien “aujourd’hui” Joseph Titi en juillet 2015 ou de la suspension de plusieurs journalistes du quotidien l’expression  suite à la publication d’un dossier sur la situation sociale du pays ».

 La clameur publique a vu la main des pouvoirs publics derrière ses sanctions visiblement attentatoires à la liberté de la presse  regrette t — il.

Quant à la ministre de la Communication Affoussiata Bamba Lamine, elle a tenu à faire cette précision sur la notion d’atteinte à la liberté de la presse. C’est dit-elle lorsqu’un journaliste « qui exerce son métier, est interpellé, mis en détention dans le cadre de l’exercice de son métier » illustre la ministre, qui précise par ailleurs que tous les cas d’interpellations de journalistes en Côte d’Ivoire ne rentrent pas dans ce registre. À la porte-parole adjointe du gouvernement, d’affirmer donc qu’en « Côte d’Ivoire, la liberté de la presse est une réalité ».

                                    Lire aussi : Classement de RSF : Top 20 des pays Africains

Rappelons que c’est en 1993, que l’Assemblée générale des Nations unies a proclamé le 3 mai Journée mondiale de la liberté de la presse suivant la recommandation adoptée lors de la vingt-sixième session de la conférence générale de l’UNESCO en 1991.. Cette année, le thème retenu est : « L’accès à l’information, c’est votre droit ».



Web redacteur ; Journaliste Radio


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *