Koumassi-Déguerpissement, La population dit non, le maire recule

Kouassi Albert ne sait pas à quel saint se vouer. Son quartier sera détruit, et il ne sait où aller. S’improvisant guide pour la circonstance de notre visite, il nous conduit dans les coins et recoins de Koumassi Campement Houphouët Boigny pour montrer les milliers de maisons qui seront bientôt cassées. Il précise. « Dans un journal communal, le Maire a  dit  que c’est environ 20.000 familles qui seront touchées », indique-t-il.

« Ce mardi à 04 heures du matin, l’annonceur avec mégaphone a crié que les gendarmes sont là pour nous déguerpir. C’était vrai. Nous-mêmes avions mis nos bagages dehors.  Quand les gendarmes sont partis, l’annonceur a été frappé. Il souffre de coups et blessures. Certains ont reçu des préavis et des mises en demeure mais, pas tout le monde. Nous ne savons pas  quand nous seront chassés. Nos baluchons sont déjà faits. Ceux qui ont les moyens sont partis. Regardez et constater, c’est de la borne en direction du quartier Espoir, plus de 100 m de longueur à la lagune Ebrié que le sable est en train d’être drainé pour construire un remblai » explique notre interlocuteur.

Son ami de quartier, tous les parents du quartier le connaissent, est propriétaire d’une librairie scolaire depuis 1997. Il décide parler sous anonymat.
« Les parents se tracassent pour acheter des fournitures à leurs enfants deux semaines avant la rentrée scolaire 2016-2017. Certains ont déjà fait l’inscription en ligne. Maintenant ils ont peur d’être déguerpir. Que faire ? Si nous avions été informés au moins  6 mois à l’avance, des précautions auraient été prises. Il faut estimer à plus de 100.000 âmes les habitants du quartier. Nous demandons aux  gouvernement de nous aider » plaide-t-il.

politikA

Un client de la librairie souffle que lui, se prépare à déménager.
«  Je ne veux pas être  à nouveau surpris en plein 4 heures du matin et perdre mes affaires. Il faut noter  aussi que le terrain aurait été acheté par un industriel libanais. Il serait le détenteur d’une usine de transformation de matières premières en caoutchouc de ce côté droit de la lagune. Comme c’est un homme puissant, il nous écrase » fait-il savoir.

Des habitants, ressortissants des pays limitrophes de la Côte d’Ivoire, Mali, Burkina Faso… gardent le silence.  Quelques-uns observent un troupeau de bœufs à la berge de la lagune Ebrié.
Les milliers d’habitants du quartier de la commune de Koumassi, grand campement Houphouët Boigny,  s’ajouteront à la liste des ivoiriens déguerpis de l’année 2016. Serait-ce dans la logique d’assainissement et de salubrité entamée par les autorités ivoirienne ?

A Koumassi, et sur les réseaux sociaux, le maire, N’dohi Yapi Raymond est peint en noir.

PolitikAfrique.info a bien voulu avoir le cœur net sur cette histoire. A la mairie, refus de s’exprimer à visage et identité découverts. Mais la Mairie de Koumassi est sans équivoque. A la question de savoir à quelle fin Koumassi campement sera détruit, le département juridique de la Mairie explique  que « L’arrêté n° 04860/MCU/DU/SDAF portant approbation du plan de restructuration  du quartier grand campement date du 05 octobre 2005. La restructuration équivaut à l’amélioration du cadre de vie selon les règles modernes d’urbanisme. Les routes ont été tracées, le quartier n’est plus précaire dès lors, c’est la cité Houphouët Boigny. La partie concernée par le déguerpissement est celle sur la berge de la lagune que M. Kouassi Allomo Konan a faite. Il n’a pas obtenue l’agrément du Ministère des Infrastructures économiques. Il a une autorisation du Ministère de l’intérieur. Mais, elle ne suffit pas. Des habitations anarchiques se sont assemblées sur son espace. L’espace autorisé ici, est celui d’un Monsieur libanais  qui a toutes les autorisations. La mairie a utilisé selon la loi  5% du remblai de ce dernier pour en faire un collège en pleine construction. Concernant l‘information donnée  au sujet de 20.000 familles bientôt chassées est  erronée. C’est plutôt 200 à 300 familles. Ce 31 Août 2016, le maire a reçu les riverains de la cité Houphouët Boigny et leur a dit que le déguerpissement est momentanément suspendu et ce, en présence des autorités policières de la commune » a indiqué une source proche du maire sous anonymat.

Selon des sources proches de la mairie, tout sera fait pour sauvegarder les intérêts de la populations avant d’insister sur le cas spécifique de ceux qui en toute illégalité, ont effectué des travaux de remblai.

Moïse ACHIRO.

Article publié avec la collaboration de politikafrique.info