Le tourisme peut-il se remettre de l’attentat de Grand-Bassam?

La station balnéaire de Grand-Bassam a été attaquée à la Kalachnikov. Seize personnes ont été tuées. Au lendemain de cette attaque, cette ville touristique peut-elle retrouver ses ambiances festives ?

Elles étaient venues profiter du soleil et de la plage à Grand-Bassam, une station balnéaire située à 40 kilomètres à l’Est de la ville d’Abidjan. Seize personnes, parmi lesquelles des touristes étrangers ont trouvé la mort. Arrivés par la plage comme des baigneurs ordinaires dans ce secteur où la sécurité n’était pas de mise, six hommes ont ouvert le feu, commettant l’attentat terroristes le plus sanglant de l’histoire de la Côte d’Ivoire.

Grand-Bassam-staticmap-regionale.info

                                                                                    Open streetMap view

L’attaque a eu lieu aux environs de midi dans trois hôtels bordant les côtes de la plage de Grand-Bassam. L’Étoile du Sud, l’un des hôtels les plus luxueux recevant des touristes étrangers, l’élite ivoirienne, à connu l’histoire la plus tragique, le dimanche 13 mars 2016. Certains ont d’abord pensé à des pétards avant de paniquer et de trouver refuge dans les hôtels voisins. « Et puis, on a vu des blessés, des morts peut — être, sur le sable. Et là, on s’est dit qu’il fallait partir, vraiment, le plus vite possible. À ce moment-là, on entendait un tir toutes les dix ou quinze secondes. On nous tirait dessus, les balles fusaient. Le personnel de l’hôtel s’était mis à l’abri dans un bungalow tout en verre en bordure de plage » a raconté Charles-Philippe d’Orléans, un ancien officier de l’armée de terre, descendant de la famille royale d’Orléans. Propos rapporté par nos confrères de slateafrique.

Lire aussi : Attaque à Grand Bassam : Un patrimoine de l’UNESCO touché

Coup dur pour le tourisme

Il est probable que la ville balnéaire de Grand-Bassam subisse de plein fouet les conséquences économiques de cette attaque. L’important développement économique de la Côte d’Ivoire jusqu’au milieu des années 1980 en a fait une destination d’affaires plus que touristique. La forte communauté d’expatriés qui y vit en permanence et la hausse générale du niveau de vie ont permis le développement d’infrastructures de grande qualité, orienté vers la clientèle haut de gamme et le tourisme d’affaires. Ce secteur touristique a cependant lourdement souffert de la décennie de crise et de ses conséquences. L’Ambassade de France, dans un communiqué, conseille à ses ressortissants d’éviter les plages de Bassam.

Communiqué de presse de l'Ambassade de France en Côte d'Ivoire
                                 Communiqué de presse de l’Ambassade de France en Côte d’Ivoire

La Côte d’Ivoire compte 520 kilomètres de côtes bordant l’Océan Atlantique : plages de sable fin, cocotiers, criques, falaises, lagunes permettant la baignade, surf, sports nautiques, voile. Grand-Bassam est une station Balnéaire, qui a mis l’accent sur un élément clé pour attirer davantage les touristes ainsi que les rencontres internationales pour les colloques et les séminaires. Les Weekends, les hôtels de Bassan affichent complet du fait de sa proximité de la capitale ivoirienne, Abidjan. Secteur stratégique pour l’économie, le tourisme balnéaire connait une bonne santé surtout après une longue période crise ivoirienne. En 2015, la part de marché de la Côte d’Ivoire est passée de 6 à 18 %. Les Français restent pendant longtemps le premier contingent historique de touristes. Les réservations des Français, en 2015, ont été en hausse de 38 %. Selon les statistiques de l’office du ministère du Tourisme de Côte d’Ivoire.

GB-regioneme.info

                                                                 L’hôtel Etoile du Sud à Grand-Bassam

La Côte d’Ivoire, à l’instar des pays comme la Tunisie, l’Égypte, veut désormais compter sur les devises que doit générer son industrie touristique appelée à faire preuve de dynamisme. Nous espérons que cet attentat du 13 mars 2016 ne freine une bonne dynamique du tourisme balnéaire ivoirien.

3 réponses sur “Le tourisme peut-il se remettre de l’attentat de Grand-Bassam?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *