fbpx
Search
vendredi 18 janvier 2019
  • :
  • :

Législatives: Mamadou Koulibaly veut «continuer la contestation des pratiques de M. Ouattara »

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Le président de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER), Mamadou Koulibaly, entend participer aux législatives du 18 décembre prochain, et ce, en porte-à-faux du mot d’ordre de boycott lancé par le Front du Refus.

C’est donc en rang dispersé que l’opposition abordera les futures échéances électorales en Côte d’Ivoire. Alors que Aboudramane Sangaré annonce un boycott, l’ex-président de l’Assemblée nationale entend participer aux législatives. Dans une interview accordée à la chaîne de télé, africanews, Mamadou Koulibaly, indique qu’il prend part à ce scrutin pour « continuer la contestation des pratiques de M. Ouattara ».

Sa contestation porte surtout sur la nouvelle Constitution envers laquelle il a été très critique.

« Nous allons profiter de la campagne électorale pour parler aux populations sur l’illégalité de cette Constitution et sur la nécessité de la retirer. La campagne des législatives est donc un prolongement de cette contestation », explique-t-il.

Pour lui donc cette Constitution a été adoptée dans un processus illégal de par notamment la composition de la Commission électorale Indépendante. « La haute cour de justice africaine vient d’établir illégitimité de la Commission électorale ». Cependant poursuit-il, « ce n’est pas pour autant que nous allons renoncer au combat. (…) Nous y allons pour avoir des députés et contester la mise en exécution de cette Constitution ».

mamadou koulibaly

« Ouattara aura besoin de loi organique pour instaurer le sénat, pour instaurer la chambre des rois, pour instaurer de nouveaux impôts, pour instaurer de nouvelles institutions. Si nous sommes au parlement, nous sommes bien placés pour rejeter et contester ces lois, pas en tant qu’opposants extra-parlementaires, mais en tant qu’une opposition parlementaire, déclare-t-il.

C’est animé par le même objectif, que le Front Populaire Ivoirien d’Affi N’guessan prendra part aux législatives. Il a d’ailleurs déposé sa candidature à la CEI le 16 novembre dernier. “Nous partons confiants vu le travail que nous avons abattu sur le terrain. Les populations sont prêtes à confier le poste de député de Andé, Assié-Koumassi et N’guessankro, commune et sous-préfectures et Bongouanou sous-préfecture” a soutenu son suppléant, Ado Abo André.



Web redacteur ; Journaliste Radio


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *