Search
jeudi 22 février 2018
  • :
  • :
Camon CM Full Ecran
DOOGEE

Les cas de grossesses précoces en milieu scolaire ont baissé de 25%

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Une baisse de 25 % a été enregistrée sur les cas de grossesse en milieu scolaire depuis le lancement en février 2014, de la campagne lutte contre ce phénomène. En conseil des ministres de ce 03 août 2016, le gouvernement a dressé le bilan à mi-parcours de lutte contre les grossesses précoces en milieu scolaire.

En 2014, face à la recrudescence des cas de grossesses précoces en milieu scolaire, le gouvernement décide d’entreprendre des actions de lutte contre ce phénomène sur l’échelle nationale. Il s’agissait, selon le porte-parole du gouvernement, M. Bruno Koné, de la mise en place « d’un plan d’accélération de l’élimination des grossesses en milieu scolaire, un fléau qui impacte la scolarisation, le maintien et la performance des jeunes filles. Ce plan était articulé autour d’une campagne “’zéro grossesse à l’école”’ appuyée de mesures administratives et pédagogiques importantes », a -t-il rappelé.

bruno Kone , porte parole du gouvernement ( Archive)

Bruno Kone , porte parole du gouvernement ( Archive)

Dressant le bilan de cette lutte, le ministre de l’Économie numérique et des postes a fait état d’une réduction des cas de grossesses depuis 2013. Ainsi, de 5073 cas en 2012-2013, l’on a enregistré 4035 en 2013-2014 et 3828 cas de grossesse dont 145 au primaire et 3683 cas au secondaire durant l’année scolaire 2014-2015.

« La baisse est encore plus significative dans le cycle primaire où il faut noter qu’il y avait 1037 cas en 2012-2013 », fait — il remarquer.

Sur le plan pénal, M. Koné souligne que les responsables de grossesses précoces ont subi des sanctions exemplaires. Ils ont écopé, dit-il, de peines d’emprisonnement allant de 3 mois à 10 ans en plus des sanctions disciplinaires applicables en pareil cas. Par ailleurs, précise — il, les enseignants qui se rendre coupables d’un tel délit sont moins de 2 %.

« Les enseignants, auteurs de grossesse ne représentent plus que 1,9 % du total, mais reste toujours élevé », a-t-il indiqué.

Cette lutte contre les grossesses précoces, le gouvernement compte la poursuivre en réduisant la vulnérabilité des jeunes filles. Pour ce faire, il compte accentuer la construction de collège de proximité de jeunes filles de même que l’extension des cantines scolaires à l’enseignement secondaire.



Web redacteur ; Journaliste Radio


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *