fbpx

Liberté de la presse : RSF dresse la liste des 35 ennemis de la presse

Samedi 06

Ce 02 novembre marque la journée mondiale de lutte contre l’impunité des crimes commis contre les journalistes. Cette date a été choisie en mémoire de l’assassinat de deux journalistes français au Mali le 2 novembre 2013. Selon  l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), « Cette résolution historique condamne toutes les attaques et violences perpétrées contre des journalistes et des travailleurs des médias ». 

Saisissant l’occasion, Reporter Sans Frontières a publié une liste des « prédateurs de la liberté de la presse ». C’est en fait un portrait des plus sombres des  35 chefs d’Etat, hommes politiques, chefs religieux, milices et organisations criminelles, chez qui liberté de la presse passe difficilement.

Le faisant, l’organisation de défense de la liberté de la presse dénonce l’impunité des crimes perpétrés contre les hommes de médias. Elle établit une fiche de renseignement de ces « prédateurs » avec pour différents points : les techniques d’attaque privilégiées, les bras armés, les cibles favorites, les discours officiels (menaces et déni) et leur tableau de chasse.

Les techniques dépeintes par RSF donnent froid dans le dos. De la torture à l’assassinat via leurs bras armés, en passant par les arrestations massives et les emprisonnements arbitraires.

Les ennemis de la liberté de la presse

RSF précise que sa liste n’est pas exhaustive. Toujours est-il que ceux qui y sont, le méritent amplemen : 

« Ces prédateurs sont ceux qui piétinent le plus la liberté de la presse et commettent les pires atrocités à l’encontre des journalistes, sans être inquiétés, dénonce Christophe Deloire, secrétaire général de RSF.

Parmi ces « prédateurs » plusieurs restent des chefs d’État ou de gouvernement, de Singapour à la Thaïlande et Cuba en passant par l’Erythrée, le Burundi, la République démocratique du Congo ou le Soudan du Sud…

Il y a de nouveaux entrants, notamment le président turc Recep Tayyip Erdogan. Dans son tableau de chasse, au moins 124 médias ont été liquidés par décret, plus de 200 journalistes interpellés dont 125 se trouvaient encore en prison début octobre, des dizaines d’autres ont été contraints à l’exil, une razzia perpétrée depuis le coup d’Etat raté du 15 juillet 2016.

recep-erdogan

En Afrique, on retrouve 9 chefs d’Etats dans la liste des prédateurs. Il s’agit de  Issaias AFEWORKI, président de la République d’Erythrée, Joseph KABILA, président de la République démocratique du Congo, Omar EL-BÉCHIR, président du Soudan, Paul KAGAMÉ, président de la République du Rwanda, Pierre NKURUNZIZA, président de la République du Burundi, Robert MUGABE, président de la République du Zimbabwe, Salva KIIR, Président du Soudan du Sud, Teodoro OBIANG NGUEMA, Président de la République de Guinée équatoriale et  Yahya JAMMEH, Président de la République de Gambie.

robert-mugabe

Voir la liste des prédateurs de la liberté de la presse de RSF

 

Advertise – Regionale.info


Web redacteur ; Journaliste Radio


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *