fbpx

LIMAK, le géant turc ouvre son bureau régional à Abidjan

Samedi 06

Limak, le plus grand groupe privé turc ouvre son bureau régional dans la capitale ivoirienne. L’environnement économique ivoirien attire de grands investisseurs trucs. Après Inci Group, c’est au tour du Group Limak.

Le Premier ministre ivoirien, Dainel Kablan Duncan et le Ptron de Limak Group, Nihat Ozdemir

                  Le Premier ministre ivoirien, Dainel Kablan Duncan et le Ptron de Limak Group, Nihat Ozdemir

En effet, après la visite du chef d’Etat turc, Recept Tayyip Erdogan à Abidjan, l’axe Abidjan-Ankara semble connaitre une véritable accélération. Le groupe Limak, qui est l’un des plus grands privés turcs spécialisés dans l’énergie, l’agro business a décidé d’ouvrir son bureau régional à Abidjan. La bonne croissance de l’économie ivoirienne attitre de plus en plus de gros investisseurs. Le conglomérat industriel Limak, Group of companies, d’après discussions avec le gouvernement ivoirien à lancé ses activités d’investissement en Côte d’Ivoire. Ainsi, en présence du premier ministre ivoirien, Daniel Kablan, Duncan, le patron de ce groupe, Nihat Ozdemir a posé la première pierre d’un complexe dans la nouvelle zone industrielle d’Abidjan, PK 24, le 18 décembre 2015. Ce complexe comprendrait une cimenterie, une unité de fabrication de béton prêt à l’emploi et une unité de fabrication d’agrégats en granit. Le montant global de tous ces investissements est estimé à plus de 150 millions d’euros.

La stratégie de pénétration du marché ivoirien de la cimenterie s’est fait par le rachat du capital du groupe ivoirien Afrikbat, par le groupe turc à hauteur de 49 % de leur capital. Pour le président de Limak Afrika, également Patron d’Afrikbat. 

A LIRE AUSSI :Visite du Président Turc : Plusieurs activités au menu ce lundi

« Nous avons préféré démarrer par une cimenterie, parce que les besoins de la Côte d’Ivoire sont estimés à environ 10 millions de tonnes à l’horizon 2020, alors que les capacités annuelles cumulées de toutes ses usines représentent actuellement à peine 4,5 millions de tonnes ».

Par ailleurs, dans une note confidentielle parvenue par le quotidien jeune Afrique, le conglomérat turc, Limak souhaiterait faire de la Côte d’Ivoire, son hub dans le but de s’étendre progressivement au marché de l’Union économique ouest-africaine (UEMOA), puis celui de la Communauté des états de l’Afrique de l’ouest « Cedeao ».

Pour rappel, les échanges économiques entre la Turquie et la Côte d’Ivoire restent très faibles. Ainsi de 2004 à 2014, ces échanges sont passés de 34, 36 milliards de FCFA à 190 milliards en 2014.

Advertise – Regionale.info



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *