Mamadou Koulibaly souhaite un nouveau découpage électoral

Mamadou Koulibaly, Président de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER) souhaite qu’avant les prochaines échéances électorales un recadrage soit fait au niveau de la liste électorale.

mamadou koulibaly

Le président de LIDER s’est exprimé sur le site internet de son parti. Il préconise donc une « mise à jour du redécoupage électoral » et « l’actualisation de la liste électorale ». Deux sujets électoraux qu’il qualifie de « vrais problèmes » sur lesquels le gouvernement doit plancher au plus vite.

 L’actualisation de la liste électorale pour permettre aux trois millions de personnes exclues de l’élection présidentielle de s’inscrire et participer aux scrutins à venir, et également la mise à jour du redécoupage électoral , déclare-t-il.

De plus, l’ex-Président de l’Assemblée nationale, fustige le fait que le chef de l’État ait revu à la hausse le nombre de députés

Ouattara s’était empressé d’augmenter le nombre de députés à 255, sans aucun élément probant pour étayer cette action » en 2011 avant les législatives.

Ce qui représente, dira-t-il, un ratio d’un député pour 88.907 habitants et d’un député pour 24.706 électeurs. À lui de faire le parallélisme avec d’autres pays.

 En Allemagne, la moyenne est de 01 député pour 131.800 habitants et d’un député pour 97.305 électeurs. En France, le ratio est de 01 député pour 113.000 habitants et un député pour 74.000 électeurs. En Inde, 1 député représente 1.500.000 électeurs. Au Brésil, ce sont 265.000 inscrits sur les listes électorales qui sont à la charge d’un député. Sur le continent, en Afrique du Sud, il y a un député pour 135.005 habitants et pour 63.470 électeurs  illustre, M. Koulibaly.

Pour lui donc, le nombre des députés ivoiriens, qui est largement au-dessus des standards, a un impact important sur la dépense publique. «  Réduire leur nombre permettrait d’affecter les fonds concernés à des dépenses plus urgentes dans les domaines de l’éducation, de la santé et du foncier rural », propose-t-il, en plus d’un toilettage du découpage électoral qui, selon lui, devrait aussi permettre de corriger l’allocation hasardeuse du nombre de députés dans certaines circonscriptions.

 Il est temps de faire cesser cette gabegie et de moderniser nos institutions en les mettant aux normes, en laissant de côté toute manipulation électoraliste qui consisterait, pour le pouvoir en place, à gonfler le nombre de députés dans les zones qui lui sont réputées favorables  tape-t-il sur la table.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *