fbpx

Nouvelle Constitution- Bataille sur l’âge

Samedi 06

« Enlever la limitation d’âge pour les candidats à la présidentielle, c’est un recul de la démocratie. Ce serait nous ramener en arrière. Il n’est pas donc pas bon de faire sauter ce verrou », estime Dr Adjoumani Kouamé, président de la Ligue ivoirienne des droits de l’homme (LIDHO), joint par Politikafrique.info.

Il réagit ainsi face à la levée de la limitation d’âge pour les candidats à la présidentielle ivoirienne. Selon des informations persistantes, l’avant projet de nouvelle Constitution qui passera sur la table des députés le 5 octobre prochain, a mis des dispositions nouvelles pour tout candidat à l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire. Il y serait mentionné que désormais, le planché d’âge pour postuler passe de 40 ans à 35 ans. Quand au plafond, il est fixé à plus l’infini contre 75 ans comme écrit dans la Constitution de 2000.

Pour le député de Biankouma, Déli Mamadou par ailleurs secrétaire général adjoint de l’UDPCI, la levée ou non d’une limite d’âge ne devrait pas poser problème. Le plus important estime-t-il est que la « démocratie se porte bien ». « Si quelqu’un veut être candidat à 25 ans ou à 100 ans et que le peuple veut de lui, le peuple aura le président qu’il mérite. Même si on ne limite pas l’âge, et que les gens sont animés de mauvaises intentions, ils trouveront toujours des subterfuges pour rester au pouvoir. Quelqu’un peut être frappé par la limite d’âge, mais avant de quitter, il peut manœuvrer pour mettre son fils. Ce n’est pas la limite d’âge ou non qui est important, mais plutôt la démocratie », analyse le parlementaire.

« Assurément ceux qui ont décidé de faire sauter ce verrou estiment que la scène politique n’est pas suffisamment achalandée pour ce qui est de la grappe statistique des 30 à 55 ans. Ils pensent peut-être que ceux qui ont l’expérience pour diriger seraient dans la grappe des 60 à 75 ans. Maintenant il faut se demander si à 100 ans et plus on peut diriger un pays. Avec les défis actuels, le commerce international qui est en mouvement et la monnaie qui change, le terrorisme, bref la pression que la gestion de tout cela demande, il faut qu’on y réfléchisse sérieusement », analyse pour Politikafrique.info un cadre de l’administration ivoirienne sous le couvert de l’anonymat.

Dans l’opposition politique, l’on estime que cela répond à un but précis. « Alassane Ouattara a fait lever la limitation d’âge du haut pour Bédié et lui-même parce qu’ils ont envie de se présenter en 2020 », commente Affi N’Guessan le président du FPI.

Richard YASSEU

Advertise – Regionale.info



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *