OIT : Un accord de signature pour la lutte contre le travail des enfants en Côte d’Ivoire

Un accord de signature a été paraphé entre l’organisation internationale du travail (OIT) et la Côte d’Ivoire dans le but de mieux renforcer les capacités de lutte contre le travail précaires des enfants.

a Première Dame de la République de Côte d’Ivoire, Mme Dominique Ouattara, à l’issue d’un entretien avec le Directeur général de l’OIT, M. Guy Ryder.
La Première Dame de la République de Côte d’Ivoire, Mme Dominique Ouattara, à l’issue d’un entretien avec le Directeur général de l’OIT, M. Guy Ryder.

En effet, cet accord de signature s’est tenu le lundi 25 avril 2016, au siège de l’OIT. La signature d’accord à vu la participation de la première Dame de la République de Côte d’Ivoire, Mme Dominique Ouattara et le Directeur général de cette organisation, M. Guy Ryder.

Ainsi, au cours de cette signature d’accord, Mme Dominique Ouattara accompagné du ministre de l’emploi et de la protection sociale, M. Dosso Moussa, s’est dite heureuse de voir l’organisation internationale du travail accompagner le gouvernement ivoirien dans sa lutte contre le travail des enfants. Pour elle, cet accord de partenariat avec l’OIT, permettra de mieux sensibiliser certains parents sur ce fléau qui constitue un véritable danger de la vie humaine.

Quant au directeur général de l’OIT, M. Ryder, il a salué les efforts et les engagements de Mme Dominique Ouattara dans sa lutte perpétuelle contre la précarité et l’usage abusifs des enfants en tant que travailleurs. Il faut redoubler plus d’efforts pour réduire progressivement le travail des enfants en Côte d’Ivoire d’ici 2025 dans le cadre de la cible 8.7 des objectifs de développement durable et de créer une alliance mondiale contre ce fléau.

Par ailleurs, l’objectif de l’OIT est de fournir une aide technique aux mandats de la Côte d’Ivoire dans le cadre du processus de révision de la liste des travaux dangereux interdits aux enfants de moins de 18 ans ainsi que le processus d’élaboration de la liste des travaux légers autorisés aux enfants de 10 à 15 ans, comme le stipule la convention no. 138 de l’OIT. Cette mesure concerne aussi  les statistiques sur le travail des enfants de la Conférence internationale du travail de 2008. L’organisation sera en charge de fournir un appui pour former certains inspecteurs du travail pour le suivi de la liste des travaux dangereux et de travaux légers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *