Plus d’un milliard de Francs CFA saisi par les douanes ivoiriennes à l’aéroport FHB

Les douanes ivoiriennes ont effectué une importante saisie ce mardi 7 juin. Un voyageur sur un vol MEA vers Beyrouth prévoyait de sortir du pays avec plus d’un million d’euros. Il a été stoppé net à l’aéroport Félix Houphouët Boigny.

 

Aeroport FHB - Regionale.info
                                                                            Aeroport FHB – Regionale.info

1,679 millions d’euros, soit environ 1,101 milliard de Francs CFA, c’est la somme sur laquelle les éléments de la douane aéroportuaire ont mis la main à l’aéroport Félix Houphouët Boigny. Le détenteur, tentait de sortir du pays avec cette somme quand il a été stoppé net au check-point de la douane avant l’embarquement. Il a été aussitôt mis en détention à la brigade de gendarmerie de l’aéroport pendant deux jours.

Ce vendredi 10 juin 2016, lors d’un point presse, le colonel Diabi Koné Fatoumata, directrice des services aéroportuaires de l’administration des douanes, a révélé que le détenu séjourne depuis ce jeudi 9 juin à la brigade de recherche, le temps d’effectuer les enquêtes.

Expliquant les raisons de son arrestation, le colonel Diabi, a révélé que pour faire sortir un tel montant du pays, quand on est résident, il faut l’autorisation spéciale du ministre de l’Économie et des Finances (financement extérieur). La somme autorisée pour les déplacements dans l’espace UEMOA étant de deux millions de francs CFA.

« Dans le cas d’espèce, l’usager n’avait aucune autorisation préalable du ministère de l’Économie et des Finances ; de ce fait, il a violé les lois et règlements. Il est donc en infraction » a conclu le colonel, qui s’est d’ailleurs réjouie du professionnalisme et de la vigilance des douaniers.

Alors qu’en 2016 la Côte d’Ivoire est toujours un Pays Pauvre Très Endetté (PPTE), certains aigrefins s’adonnent à ces pratiques contribuant partiellement au maintien de la Côte d’Ivoire dans ce statut. Cette arrestation marque-t-elle le début de la fin de ces pratiques ? Elle le laisse espérer et ce serait très satisfaisant pour le pays, car les montants concernés sont très probablement très élevés et constituent vraisemblablement l’un des grands fléaux du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *