Présidentielle américaine : Des pirates informatiques russes auraient contribué à la victoire de Donald Trump

Selon la maison blanche, les résultats de l’élection présidentielle qui a vu la victoire du républicain Donald Trump ont pu être influencés par des pirates informatiques à la solde du Président Russe, Vladimir Poutine. Barack Obama l’a exprimé lors d’un entretien accordé à la Radio NPR.

L’affaire fait grand bruit entre Moscou et Washington. Selon un rapport révélé la semaine dernière par le Washington Post, une enquête de la CIA a permis de révéler l’implication de la Russie dans la campagne électorale américaine dans le seul but d’aider Donald Trump à accéder à la maison blanche. Ces affirmations sont appuyées par des déclarations de deux hauts responsables du renseignement américain. Selon ces derniers, des instructions fermes auraient été données par Vladimir Poutine sur ce qui devait être fait des messages dérobés aux responsables démocrates dont le président de l’équipe de campagne d’Hillary Clinton, John Podesta. Lesquels mails seront mis en ligne en 2016.

ruissie

Dans l’entretien accordé à cette radio le 14 décembre, Barack Obama lui, n’a pas explicitement cité le nom de Vladimir Poutine. Il a plutôt mis en avant la riposte des Etats-Unis face à cette « attaque » :

« Il est clair que si un gouvernement étranger, quel qu’il soit, tente d’entacher l’intégrité de nos élections, alors nous devons agir [ ] Et nous le ferons, au moment et où nous le déciderons », a-t-il déclaré.

Ben Rhodes, un proche conseiller de Barack Obama, lui n’est pas allé par quatre chemins dans une interview accordée à la chaîne MSNC. Pour lui, une action d’une telle envergure est impossible sans que Vladimir Poutine n’ai donné son aval. Il est donc tenu pour responsable :

« Je ne pense pas que des événements aux ramifications aussi importantes se produisent au sein du gouvernement russe sans que Vladimir Poutine ne soit au courant ». De ce fait, selon lui « Vladimir Poutine est responsable des actions du gouvernement russe ».

Comme il fallait s’y attendre, le Président élu, Donald Trump a balayé du revers de la main ces accusations qu’il juge «ridicules». « Ils n’ont aucune idée de s’il s’agit de la Russie, la Chine ou quelqu’un d’autre. Ça pourrait être quelqu’un dans son lit quelque part », soutient le magnat de l’immobilier. Il en veut pour preuve le fait que les démocrates ne s’expriment qu’après leur défaite aux élections. Sur son compte Twitter, il cite « Si la Russie ou n’importe quelle autre entité a piraté, pourquoi la Maison Blanche a attendu si longtemps avant d’agir? Pourquoi ils ne se sont pas plaints après la défaite d’Hillary ? ».

Pour l’heure, les 17 agences de renseignement américaines continuent leurs enquêtes qui devraient aboutir à des preuves formelles de l’implication des russes. Des sources au sein de la maison blanche annoncent que ces rapports devraient être disponibles avant le 20 janvier, date de l’investiture de Donald Trump.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *