fbpx
Search
lundi 21 janvier 2019
  • :
  • :

Procès de Simone Gbagbo : La défense annonce qu’elle « ne participera plus » au procès

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Le bras de fer entre la défense de l’ex première dame de Côte d’Ivoire et le procureur vient de prendre une autre tournure. L’avocat principal de Simone Gbagbo, Maitre Ange Rodrigue Dadjé, a annoncé que la défense ne participera plus au procès, en protestation de la non-comparution en tant que témoins de plusieurs personnalités.

« La défense à partir d’aujourd’hui ne participera plus à ce procès. Il revient à la justice ivoirienne de rendre une décision pour condamner Mme Gbagbo », a déclaré ce mercredi 09 novembre Me Dadjé.

Quatre témoins dont Dr Simplice Anongba, Pr Yapo Etté, « experts utilisés par le juge d’instruction » et des responsables d’ Ivosep, devaient comparaître ce mercredi. Cependant, ces citations, le procureur général Ali Yéo les jugent « irrégulières » car elles « datent du 08 novembre pour que les témoins comparaissent le 09 novembre » alors que « le délai le plus court » prévu par la loi « est de trois jours ouvrables ».

Du côté des avocats de Simone Gbagbo, l’on crie à l’incohérence des propos. Pour elle en effet, c’est pendant une réunion avec la cour qu’il a été demandé de « convoquer » ces témoins pour mercredi, alors que selon l’avocat principal, sa demande de les faire comparaître « la semaine prochaine » a été rejetée.

« Nous avons la preuve que la justice ivoirienne ne veut pas de ce procès (…). On ne peut pas demander une chose et son contraire » a-t-il lancé.

Face à cette situation, le juge Boiqui Kouadjo a suspendu l’audience. Il a demandé par ailleurs à un huissier de transmettre une sommation afin que Mme Gbagbo se présente au procès le 16 novembre.

Lire Aussi : Procès de Simone Gbagbo : Soro Guillaume, Mangou, Kassaraté… bientôt à la barre?

« Après sommation, si l’accusée ne se présente pas le président de tribunal peut décider de la faire comparaître manu militari, à l’instar (de) Hissène Habré », a expliqué le procureur général Aly Yéo qui précise par ailleurs qu’il n’est pas nécessaire de la faire venir manu militari, « on se contentera de ses déclarations et le procès continuera », dit-il

selon le nouveau calendrier dit « consensuel », MM Bredou M’bia (DG Police nationale), Guillaume Soro (Chef du parlement), Jeannot Ahoussou Kouadio (ex-premier ministre), Charles Diby Koffi (Président du Conseil Economique et Social), les Généraux Philippe Mangou(EX CEMA), Edouard Kassaraté (ex chef de la gendarmerie) se présenteront à la barre le 16 novembre prochain.



Web redacteur ; Journaliste Radio


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *