Search
mercredi 12 décembre 2018
  • :
  • :

RD Congo : Un calme précaire après une journée émaillée de violences

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

La capitale de la République Démocratique du Congo, Kinshasa, connait une accalmie après une journée du mardi 20 décembre, émaillée de violences.

Après la fin du second et dernier mandat constitutionnel du président Joseph Kabila, les violences meurtrières, qui ont éclaté dans la capitale congolaise et d’autres grandes villes du pays, et qui ont fait une vingtaine de morts selon des sources concordantes, semblent s’être apaisées.

RD Congo : Un calme précaire après une journée émaillée de violences le mardi © : DR

                                          RD Congo : Un calme précaire après une journée émaillée de violences le mardi © : DR

Ce mercredi 21 décembre, une reprise timide de la circulation est perceptible à Kinshasa. Même si une bonne partie de la population reste cloîtrée chez elle en attendant le déroulement des événements en cette journée, quelques boutiques ont ouvert leurs vitrines. D’ailleurs, dans le but d’apaiser la tension, le nouveau premier ministre Samy Badibanga a lancé le mardi 20 décembre, « un appel au calme, à la paix, la tranquillité sur toute l’étendue de la République » et a demandé aux forces de l’ordre de « faire preuve de discipline et de retenue dans l’exécution de leur mission ».

Dans sa déclaration, il a promis « d’améliorer le bien-être des jeunes », qui ont pris part aux manifestations hostiles au pouvoir, promettant de travailler « pour relever les défis pendant cette période qui devra aboutir à des élections ».

le nouveau premier ministre Samy Badibanga avait lancé « un appel au calme, à la paix, la tranquillité sur toute l’étendue de la République © : DR

le nouveau premier ministre Samy Badibanga avait lancé « un appel au calme, à la paix, la tranquillité sur toute l’étendue de la République © : DR

Quant à l’opposant historique au pourvoir du président Kabila, Etienne Tshisekedi, il a appelé à la désobéissance civile et à la poursuite des négociations avec les membres de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO). Dans son annonce, il a affirmé ceci :

« C’est pourquoi je lance un appel solennel au peuple Congolais à ne pas reconnaître l’autorité illégale, illégitime de Monsieur Joseph Kabila et à résister pacifiquement au coup d’État qui est ainsi accompli avec la bénédiction de la Cour constitutionnelle ».

En attendant un dénouement rapide de cette crise politique, la communauté internationale a fait part de sa préoccupation. La France en tête de file a lancé un appel pressant à l’Union européenne afin que celle-ci puisse reconsidérer ses relations avec la République démocratique du Congo.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *