Search
samedi 24 février 2018
  • :
  • :

SIDA : première cause de mortalité des 10 – 19 ans en Afrique

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Le SIDA continue de décimer les populations dans le monde. Les adolescents sont les plus touchés et cette pandémie à l’échelle mondiale est la deuxième cause de mortalité des « teenagers » au monde et le premier en Afrique. Une situation qui inquiète profondément le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF).

 

Du 18 au 22 juillet se tient en Afrique du Sud, la 21e conférence internationale sur le SIDA. À l’ouverture, l’UNICEF a dépeint un tableau des plus sombres de la situation.

« En dépit des progrès remarquables réalisés dans la lutte (…) le sida reste la deuxième cause de mortalité des 10-19 ans dans le monde, et la première cause de mortalité dans cette tranche d’âge en Afrique » a indiqué dans un communiqué, Anthony Lake directeur exécutif de l’UNICEF.

Pour lui donc, chez les 15-19 ans, l’on a enregistré une augmentation du nombre de décès dû au SIDA depuis l’année 2000. « On comptait en moyenne 29 nouvelles infections toutes les heures », illustre-t-til.

SIDA - Regionale.info

                                                                                      CREDIT PHOTO:  DR

Ce sont les jeunes filles qui sont les plus infectées. Selon le rapport de l’UNICEF, elles représentent plus de 65 % des « nouvelles infections chez les adolescents dans le monde ». En Afrique, elles représentent les 3/4 des ados.

En Afrique subsaharienne (…), 3 adolescents sur 4 nouvellement infectées par le SIDA en 2015 étaient des filles.

Si chez les adolescents il y a de réelles inquiétudes au point de tirer la sonnette d’alarme, l’UNICEF ne cache cependant pas sa satisfaction vis-à-vis de la transmission du virus de la mère à l’enfant qui enregistre une nette progression depuis 2000 allant jusqu’à 70 %. À Anthony Lake d’appeler à ne pas dormir sur les lauriers, car, dit — il, beaucoup reste à faire.

Les progrès indéniables réalisés au cours des trois dernières décennies ne signifient pas que la bataille est terminée (…) la lutte ne sera pas terminée tant que nous ne redoublerons pas nos efforts de prévention et de traitement (…) tant que la stigmatisation et la peur empêchent des jeunes de se faire tester ».

D’ailleurs, l’agence onusienne a réalisé une enquête auprès de 52 000 jeunes de 16 pays du monde. Il ressort que 68 % des personnes interrogées n’étaient prêtes à faire le test du sida par « crainte d’un résultat positif et de crainte d’être stigmatisées ».



Web redacteur ; Journaliste Radio


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *