TERRORISME : Des soldats américains et sénégalais participent à des exercices d’intervention d’urgence

Dans le cadre de l’Africa Readiness Training (ART, Formation aux situations d’urgence en Afrique), des soldats américains et sénégalais ont participé à une opération conjointe en vue de renforcer leurs acquis et préparer d’éventuelles interventions sur le continent africain. L’opération qui s’est déroulée à Thies, à quelques 70 km de Dakar s’est achevée le mardi 26 juillet 2016.

En mai dernier, un accord signé entre Dakar et Washington a permis le déploiement de soldats américains en terre sénégalaise. C’est donc pour les mettre en situation réelle que ces simulations ont été organisées. Ce sont 200 soldats américains d’un bataillon d’infanterie de l’État de Géorgie (USA), ainsi que 200 parachutistes sénégalais, qui ont pris part à ces exercices grandeur nature. De l’avis du colonel Scott H. Morgan, attaché militaire de l’ambassade des Etats-Unis à Dakar interrogé par l’Afp, l’un des enjeux de ces exercices était de préparer les soldats américains à une intervention en Afrique.

« L’idée, c’est de bien préparer les forces armées américaines pour les déploiements en cas d’urgence ici en Afrique, problème de sécurité, sûreté, n’importe quel cas d’urgence » a-t-il affirmé.

Soldats-senegalais-regionale.info
                                          Soldats sénégalais lors de l’opération / CRÉDIT : Le Monde

Plus loin, ces formations ponctuées par des tirs à balles réelles et des scènes de guerre quasi-réalistes, ont permis aux forces américaines et sénégalaises de fédérer leurs compétences en vue d’une éventuelle intervention conjointe sur le continent. Le lieutenant-colonel Souleymane Kandé, chef de corps du bataillon de parachutistes du Sénégal, a d’ailleurs salué cette collaboration qui facilitera selon lui l’intervention des troupes :

« On s’entraîne mutuellement pour créer l’interopérabilité et pouvoir travailler facilement sur un terrain d’opération [ ] Cet entraînement porte par exemple sur les techniques de combat, les tirs de mortiers, les tirs de précision [ ] »

Il faut préciser que l’Afrique de l’ouest est en proie aux menaces djihadistes depuis plusieurs mois. L’attaque meurtrière de Grand-Bassam, en Côte d’ivoire, en mars dernier, n’a fait que renforcer la vigilance de forces armées des pays de cette zone. C’est donc pour préparer  les troupes dans le cadre d’attaques de ce type que ces opérations ont eu lieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *