fbpx

Affaire Blé Goudé ne trouve pas de pays d’accueil: Il « pourrait rentrer en Côte d’Ivoire » Me N’dri Claver

Le samedi 23 février dernier, Me N’dri Claver, avocat de l’ex-chef de la galaxie patriotique, Charles Blé Goudé, a indiqué lors d’une interview, que son client pourrait regagner son pays d’origine après son acquittement et sa liberté sous conditions.

L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo et son ministre Charles Blé Goudé avaient été acquittés le 15 janvier  puis mis en liberté conditionnelle le 1er février dernier.

Après leur mise en liberté conditionnelle, les autorités belges ont décidé de recevoir Laurent Gbagbo. Contrairement à lui, Blé Goudé a élu résidence dans un hôtel en Hollande en raison du refus d’accueil de certains pays.

« Blé Goudé pourrait rentrer en Côte d’Ivoire » Me N’dri Claver / ©   DR

Selon les informations qui nous sont parvenues, le greffe de la Cour Pénale Internationale (CPI) serait à la recherche d’un pays, pour accueillir le président du Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (COJEP). Selon le greffe, ce pays hôte devra être membre de la CPI et accepter de faire appliquer les conditions édictées par la CPI.

Pour Me Ndri Claver, la Côte d’ivoire pourrait être le pays d’accueil de Charles Blé Goudé.  « La Côte d’Ivoire n’est pas exclue au nombre des pays qui pourraient recevoir Blé Goudé à condition que le greffe le demande », a déclaré Me Claver N’Dri Kouadio.

Répondant à la question de savoir la position du Président de la République, Alassane Ouattara, sur la question, Me N’dri Claver a indiqué ceci : « Je ne suis pas à la place de Monsieur Ouattara. Je ne vais pas faire un procès d’intention pour dire que monsieur Alassane Ouattara refuserait quand même qu’un concitoyen vienne en Côte d’Ivoire, là où la Constitution de Côte d’Ivoire refuse qu’il y ait un ivoirien en exil. »

Notons que Charles Blé Goudé et Laurent Gbagbo ont été incarcérés pendant  huit ans à la CPI à la Haye au Pays-Bas, après la crise post-électorale de 2010 en Côte d’Ivoire. Les deux accusés étaient poursuivis pour crime contre l’humanité.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *